Se loger en France

Avant d’entreprendre la recherche d’un logement en France, il est nécessaire de déterminer le type de logement vers lequel s’orienter en considérant son statut, ses moyens financiers et la durée de son séjour. En France le coût du logement reste élevé, mais les étudiants internationaux  bénéficient, au même titre que les étudiants français, d’aides au logement.

Les résidences universitaires autrement appelées « Cité-U »

Situées sur les campus ou en ville, elles sont gérées par les CROUS (Centres Régionaux des Œuvres Universitaires et Scolaires). Elles proposent des chambres meublées d’environ 10 à 12 m² ou des studios généralement bien équipés. Le loyer moyen se situe entre  120 et 350 euros par mois. Le nombre limité de résidences universitaires ne permet pas à tous les étudiants d’obtenir une place, surtout à Paris. Ces logements sont en effet réservés aux boursiers, les étudiants étrangers boursiers du gouvernement français et les étudiants ayant intégré un programme d’échange étant prioritaires. À noter que les Grandes Écoles et les établissements privés disposent pour la plupart de résidences sur leurs campus.

Pour plus d’informations rendez-vous sur le site : http://www.etudiant.gouv.fr/pid33632/vous-loger.html

Les résidences étudiantes privées

Ces résidences privées, destinées aux étudiants, se trouvent dans toutes les grandes villes. Elles se sont beaucoup développées ces dernières années pour compenser le manque de logements pour les étudiants en « Cité U ». Le loyer varie en moyenne entre 600 et 800 euros par mois pour Paris et 350 et 550 euros par mois en province.

La location dans le secteur privé

Ce type de location est assujetti à la présentation d’une caution afin de garantir le paiement du loyer. Les coûts restent élevés dans les grandes villes et notamment à Paris. Les revenus mensuels exigés doivent atteindre en général 3 fois le prix du loyer.

La colocation

Pour la location d’un logement à plusieurs, les colocataires souscrivent ensemble un bail avec un propriétaire et ont alors tous les mêmes droits sur le logement. Il n’existe aucune réglementation spécifique, le bailleur et les colocataires sont donc soumis aux mêmes droits et devoirs que dans le cadre d’une location simple. Pour l’obtention d’une aide au logement pour chaque colocataire, il faut s’assurer que le nom de chacun des colocataires figure sur le contrat de location. Attention, il est fréquent qu’une « clause de solidarité » soit ajoutée au contrat du bail. Ainsi, si l’un des colocataires ne pouvait payer sa part de loyer, le bailleur serait en droit de l’exiger à ses colocataires. Cette clause est valable pour toute la durée du bail.

Le logement en famille

Plus adapté à des séjours courts, il permet de louer une chambre meublée « chez l’habitant ». Le coût par semaine à Paris varie de 200 euros (petit déjeuner compris) à 300 euros (incluant petit-déjeuner et le repas du soir). A noter qu’il est moins élevé dans les villes de province.

Le logement intergénérationnel

Certaines associations proposent de mettre en contact des personnes âgées avec des étudiants en quête d’un logement. La personne âgée, propriétaire ou locataire, doit disposer d’une pièce libre convenable, meublée ou non, et donner libre accès aux espaces communs (cuisine, sanitaires et salon). L’étudiant s’engage à respecter les relations de bon voisinage, à faciliter la vie quotidienne de la personne âgée avec participation aux charges (eau, électricité et entretien de l’appartement). Pour accéder aux services d’une association gérant les locations intergénérationnelles, l’étudiant doit en règle générale s’acquitter d’une adhésion à l’association (entre 100 et 350€ pour un an, selon le type de logement trouvé) et parfois de frais de dossier (autour de 15€).

Pour plus d’informations , rendez-vous sur : www.reseau-cosi.com

 

Informations et sites pour trouver un logement et sur les aides : www.campusfrance.org > Vivre en France > Se loger