Choisir un modèle qui s’exporte

 
Des établissements d’enseignement supérieur français réputés se sont installés sur tous les continents, et notamment en Chine

En Chine, plusieurs programmes intégrés de formation d'ingénieurs mais « à la française » sont opérationnels

Créée en 2005 à la demande du Gouvernement chinois, l’École Centrale de Pékin est le fruit d’un partenariat entre le Groupe des Écoles Centrales (Lille, Lyon, Marseille, Nantes et Paris) et l’Université d'Aéronautique et d'Astronautique de Pékin (Beihang). En six ans, elle vise à former des ingénieurs généralistes trilingues (chinois, français, anglais) capables de piloter des projets pluridisciplinaires mais également des spécialistes qui pourront accéder aux plus hautes fonctions de direction dans l’industrie, les services ou les administrations. La formation délivrée par Centrale Pékin s’appuie sur des activités de recherche et d’études industrielles, ce qui lui permet d’être en véritable symbiose avec les attentes du monde économique. Le 7 janvier 2012 a eu lieu au Palais du Peuple la cérémonie de remise des diplômes d’ingénieurs de l’École Centrale de Pékin à la première promotion. Les étudiants diplômés se sont également vu délivrer un Master de l’Université de Beihang dans la spécialité suivie en dernière année (mécanique et aérospatial, physique appliquée à la science des matériaux, mathématiques appliquées, information et télécommunication, sciences industrielles, énergie et environnement).

L’Institut sino-européen d’ingénierie aéronautique (Groupement des Écoles de l’Aéronautique GEA Tianjin) associe trois grandes écoles françaises d’aéronautique réunies au sein du Groupement des écoles d’aéronautique : l’École Nationale d’Aviation Civile (ENAC), l’Institut Supérieur de l’Aéronautique et de l’Espace (ISAE), l’École Nationale Supérieure de Mécanique et d’Aérotechnique (ENSMA) à l’Université chinoise de l’Aviation civile (Civil Aviation University of China CAUC). En six ans, cet institut forme des ingénieurs aéronautiques trilingues spécialisés en propulsion, matériaux et structures ou avioniques et systèmes.

L’Institut franco-chinois de l’énergie nucléaire (IFCEN) est un institut créé conjointement par l’Université Sun Yat-Sen de Canton et le consortium français de formation d’ingénieurs en nucléaire civil qui regroupe cinq écoles d’ingénieurs partenaires : l’Institut Polytechnique de Grenoble (Grenoble INP), l’École des Mines de Nantes (EMN), l’École Nationale Supérieure de Chimie de Paris (Chimie Paris – Paris Tech), l’École Supérieure de Chimie de Montpellier (ENSCM), l’Institut National des Sciences et Techniques Nucléaires (CEA – INSTN). L’IFCEN offre trois grandes spécialisations : cœur de réacteur et neutronique, fonctionnement et exploitation des centrales, matériaux et cycle du combustible et il vise à former en six ans des ingénieurs biculturels de haut-niveau en génie nucléaire.

L’Université de Technologie Sino-Européenne de Shanghai (UTSEUS) est le fruit d’un partenariat entre le réseau des Universités de Technologies (UT) de Belfort – Montbéliard, Compiègne et Troyes avec l’Université de Shanghai. Cet établissement propose des formations en génie biologique, génie informatique, génie mécanique et sciences des matériaux. À l’issue de leur  formation (5 ans et demi), les étudiants se voient décerner un Bachelor of Engineering de l’Université de Shanghai et un diplôme d’ingénieur français qui leur confère le grade de master, ce qui leur permettra d’évoluer professionnellement au sein de grands groupes internationaux.

Le modèle français s’exporte également dans le domaine des sciences économiques et de gestion, des sciences humaines et sociales

L’Institut franco-chinois Renmin (IFC Renmin) est un institut créé conjointement par l’Université du Peuple (Renmin) et trois établissements français partenaires : l’Université de Paris – Sorbonne (Paris 4), l’Université Paul –Valéry (Montpellier 3) et l’école de commerce Euromed Management. Il a vocation à former en cinq ans, dans le cadre d’un parcours académique intégrant mobilité internationale et double diplômation française et chinoise, de futurs cadres biculturels et bilingues. Les formations offertes couvrent les domaines des sciences économiques et de gestion (finance, management) et des sciences humaines et sociales au sens large (langues et affaires, administration économique et sociale).